Comment choisir des jouets écologiques et sains pour enfant et bébé ?

Au contact régulier des doigts, de la peau, de la bouche, les jouets sont un espace d’expérimentation qui contribuent au développement de l’enfant. Or ces derniers sont fabriqués avec des matières parfois nocives, dans des conditions parfois polluantes, sans respect ni de l’environnement ni de la santé des futur acquéreurs. Il convient donc de les choisir avec soin.

Des jouets dangereux et toxiques ?

Ouvrons le dictionnaire des termes que l’on ne veut pas retrouver dans la composition des jouets de nos enfants :

Perturbateurs endocriniens

L’appellation “perturbateurs endocriniens” vous évoque sûrement quelque choses. Concrètement, ces derniers sont présents dans les jouets en plastique, et peuvent être à l’origine de troubles neurologiques et modifications comportementales chez les plus jeunes (autisme, hyperactivité) , de puberté précoce, ou encore de cancers.

L’étude de 60 millions de consommateurs  révélait en 2017 que “sur 43 mèches de cheveux d’enfants et adolescents, toutes contenaient des perturbateurs endocriniens”. On ne peut donc que cherche à en protéger nos enfants.

Parmi les perturbateurs endocriniens :

  • Les phtalates : les grandes stars des jouets en plastiques et des perturbateurs endocriniens par la même occasion. Ils perturbent le système reproductif et le développement de l’enfant. Ils sont interdits par l’Union Européenne pour les produits destinés aux enfants de moins de trois ans.

Ce n’est pas le cas pour les jouets étrangers, d’où l’importance de privilégier une fabrication en Europe. 

  • Les retardateurs de flamme : présents dans les peluches sont également des perturbateurs endocriniens sources de problème du développement chez l’enfant.
  • Les métaux lourds : comme le plomb, le nickel, le mercure ou l’arsenic qui peuvent être présents dans les peintures, ingérés ou inhalés, sont à l’origine de troubles du développement cérébral chez l’enfant. Ils sont cancérigènes et allergènes pour certains. 

Et ils ne sont malheureusement pas les seuls composants problématiques des jouets actuels.

Composés Organiques Volatils (COV)

  • Les Formaldéhydes présent dans le bois contreplaqué ou les vernis sont des composants cancérigènes. 

On aurait pu continuer encore et encore avec les parfums de synthèses ou le Bisphénol A par exemple, mais vous l’aurez compris, les jouets peuvent représenter de véritable bombes à retardement pour vos enfants. Surtout pour ceux dont la traçabilité de production est flou ou de fabrication asiatique.

→ Pour plus de détails sur les composants à éviter : Women  engage for a common future met à votre disposition une fiche récapitulative sur les composants, leurs effets et où on les retrouve le plus souvent.  

Cas particulier des rembourrages :

On les choisira idéalement en laine française, balles d’épeautre bio, graines de lin bio, ou encore en kapop (matière naturelle, mais en provenance d’Asie). Cependant, vous aurez malheureusement bien du mal à trouver un autre rembourrage que du polyester. A minima, choisissez le labellisé Oeko-Tex pour vous assurer qu’il n’ai pas d’impact nocif sur la santé de votre enfant.

→ L’article “Décorer et aménager une chambre de bébé bio et non-toxique” devrait vous intéresser.

Dinosaures en bois français brut ou huile de lin, fabriqués artisanalement en France
Lin européen certifié Oeko-Tex, rembourrage polyester certifié Oeko-Tex
Appareil photo en bois local, fabriqué artisanalement en France, vernis à l'eau
Animaux polaires en frêne français, huile de lin, fabriqués en France
Toupies en noyer français, cirées à la cire d'abeille, fabriquées en France
Chat hochet ent issu upcyclé, rembourrage en ouate de coton
Puzzle Montessori en bois de chêne français non traité, fabriqué en France

→ L’article “Décorer et aménager une chambre de bébé bio et non-toxique” devrait vous intéresser.

Jouets en bois, en plastique recyclé, ou d’occasion : pas toujours une bonne idée !

Jouets en plastique recyclé

Le plastique neuf pose déjà problème, notamment pour les jouets de fabrication asiatique, mais saviez-vous que certains jouets étaient fabriqués en plastique recyclé

Si vous l’ignoriez c’est normal, la nature du plastique n’est pas forcément précisée et jusque la on pourrait voir l’ombre d’une démarche écoresponsable. Le problème vient du fait que ces produits fabriqués à partir de déchets électroniques recyclés, peuvent être contaminés par des substances chimiques toxiques, tant pour l’environnement que pour votre santé. Or, si ces jouets étaient testés comme conçus avec du plastique neuf, près de la moitié seraient non conformes au règlement de l’UE sur les POP (Polluants Organiques résistants). Le souci pour le consommateur, c’est que la provenance des matériaux est une donnée peu souvent communiquée. On préfèrera donc les produits en bois aux jouets en plastique.

Jouets en bois

Choisir un jouet “d’apparence” bois et peints ou vernis peut s’avérer plus dangereux que des jouets en plastique. La colle cause la présence de formaldéhyde, substance cancérigène. Les peintures, pouvant être ingérées directement par l’enfant, représentent une menace directe.

D’où l’importance de choisir du bois brut et aux traitements labellisés et spécifiés.

Jouets d’occasion

Tout comme le plastique recyclé, la récupération d’anciens jouets sur des brocantes ou dans le grenier de vos parents, peut constituer une fausse bonne idée. 

En effet, des études concernant les vieux jeux et les jouets vintage des années 70/80 ont montré des taux de métaux lourd (plomb, arsenic) élevés. À tel point que ces jouets ne pourraient être commercialisés aujourd’hui. Dans l’échantillon testé, 1 jouet sur 4 dépassait de 10x la limite de plomb autorisée aujourd’hui. 

Alors, comment choisir des jeux et des jouets non-toxiques et écolos ?

Après avoir lu tout cela, on a bien envie de faire jouer nos enfants avec des branches et des feuilles mortes. Mais rassurez-vous, avec quelques réflexes simples, on peut acquérir des jouets non-nocifs tout en respectant la planète qu’on leur laisse.     

Conseil n°1 (que l’on ne présente plus)Acheter moins, mais mieux.

Privilégier la qualité, la production artisanale et locale.

Conseil n°2 : Privilégier des matières naturelles brutes locales et/ou labellisées

Le bois brut de nos forêts français ou européennes viendra remplacer le plastique, pvc ou encore le contre-plaqué. Des peluches ou doudous en fibres naturelles locales, labellisées et/ou certifiées (laine, lin, chanvre – évitez le coton à tout prix) seront également nettement préférables pour câliner vos morpions.

→ L’article “Décorer et aménager une chambre de bébé bio et non-toxique” devrait vous intéresser.

Cubes en bois de hêtre français brut sans traitement, fabriqués en France

Guide des labels de jouet

Jusque là c’est plutôt facile à dire. Mais quand, plein de bonne intentions, on s’informe sur la composition d’un jouet , nous voilà face à un manque d’information ainsi qu’à une ribambelle de sigles, logos et appellations certifiées dont on ne connaît les significations.

On peut distinguer 2 catégories d’enjeux : les écolabels qui approuvent de l’impact environnemental et social du produit, et les labels garantissant une sécurité sanitaire et d’utilisation des objets.

Les labels à éviter

Avant tout, on commencera par se méfier de certains labels. En effet, l’auto-certification ou la relâche des conditions d’obtention de certains peut les rendre presque inutiles. 

CE (Conformité Européenne)

Marquage réglementaire mais aucune information sur le lieu de production ou une certification de la sûreté du produit. En effet ce label est une auto-certification que le fabricant s’attribue lui-même.

Pour le bois : FSC et PEFC

En théorie, ils attestent qu’un produit est fabriqué à partir d’au minimum 70% de bois issu de forêt durablement géré. Cependant, ces labels sont souvent dénoncés comme laxistes, délivrés sur simple engagement avec des vérifications hasardeuses.

Écolabel français NF-Environnement

Notamment utilisé pour les objets divers comme les peintures, feutres ou cahier de coloriage. Il assure qu’un produit ayant une qualité d’usage égale ou supérieure à celle de produit similaire, engendre un impact moindre sur l’environnement. Or, ses critères d’attribution peuvent être discutables suivant les 22 catégories d’objet qu’il certifie. Certaines cafetières sont certifiées seulement car elles possèdent un indicateur de niveau d’eau, la possibilité d’acheter des pièces de rechange et une option de recyclage en fin d’utilisation. Des critères intéressant mais insuffisants.

Les principaux labels de confiance

Ecolabel Européen

Certifie le respect de normes environnementales européennes pour toute la durée de vie d’un produit .

L’ange bleu

Ce label est le doyen des labels environnementaux. Il considère les matières premières nécessaires, la production, durée de vie, impact sur la santé et la sécurité d’utilisation d’un produit par exemple.

Oeko-Tex 100 et 1000

Ils certifient que les textiles utilisés ne présentent aucun composant néfaste pour la santé ou l’environnement (formaldéhyde, métaux lourds, pesticides, phtalates, benzène …) et respectent des normes sociales.

Article co-écrit avec Elora Maguet

Source photo en-tête : @pixelbambi. Cet article contient des liens affiliés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *