Now Reading
Plantes vertes dépolluantes : non, les végétaux ne dépolluent pas nos intérieurs

Plantes vertes dépolluantes : non, les végétaux ne dépolluent pas nos intérieurs

Nina Chardin

Les plantes vertes d’intérieur sont souvent dites dépolluantes. Vous pourrez lire qu’elles assainissent l’air intérieur, capturent le formaldéhyde et autre COV (Composé Organique Volatil) telles des gardiennes de notre santé, et on vous proposera une sélection des 10 plantes les plus dépolluantes.

C’est aussi le type d’article que je m’apprêtais à vous écrire (en proposant des plantes locales bien sûr). Mais en cherchant la source de ces informations, je suis tombée sur une toute autre information émanant directement de l’étude Phytair qui s’est déroulée de 2004 à 2011 et co-financée par l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie).​

Plantes vertes dépolluantes : alerte intox

La légende des plantes vertes dépolluantes

Le mythe des plantes vertes d’intérieur dépolluantes nous viendrait tout droit de la NASA ! D’après des expérimentations américaines menées autour des années 1980, toutefois, leurs recherches ont été faites dans un cadre bien particulier. Celles-ci portaient sur l’épuration de navettes spatiales très chargées en polluants lourds et ayant des caractéristiques particulières. Le fruit de ces recherches ont effectivement prouvé le bon fonctionnement de la phyto-épuration (nom donné à la purification de l’air par les végétaux), mais avec de très grandes quantités de végétaux. Ce qui n’a pas empêché magasins de jardinage et médias de simplifier l’information et d’auto proclamer les plantes vertes d’intérieur comme dépolluantes !

«L’argument “plantes dépolluantes” n’est pas validé scientifiquement» selon l'ADEME

Dans le cadre de l’étude PHYTAIR, les scientifiques ont expérimenté 3 plantes réputées pour assainir l’air intérieur : le lierre du diable (Scindapsus aureus), la plante araignée (Chlorophytum comosum) et le dragonnier de Madagascar (Dracaena marginata).

En effet, en laboratoire, celles-ci captent du monoxyde de carbone, du benzène et du formaldéhyde (en quantités différentes en fonction de la plante). Les concentrations de polluants diminueraient entre 30% et 90%” en leur présence (sur une période courte de 24H). Mais testé en conditions réelles, celles d’un lieu de vie aéré et ventilé, les résultats sont complètements différents. Dans une pièce de 11x10m, l’étude révèle que 3 ou 4 plantes n’auraient aucun fait réel sur les polluants intérieurs. Laurence Galsomiès, qui travaille pour l’ADEME, estime qu’ “il faudrait une centaine de plantes de ce type pour arriver à un abattement réel des polluants”.

Une étude Danoise ajoute que d’autres facteurs modifient le taux de captation de ces plantes : son espèce, l’intensité lumineuse et la concentration en Composés Organiques Volatils (COV).

Bref, ce ne sont pas nos quelques plantes disséminées ici et là sur nos étagères qui vont assainir notre air intérieur.

Dépollution : quelles alternatives ?

Il n’y a pas de recette magique, les deux meilleurs solutions consistent à :

  • Diminuer les potentiels émetteurs de Composés Organiques Volatils (COV) qui proviennent des revêtements sols et murs, mobilier, produits ménagers, bougies, produits cosmétiques, chauffage, systèmes d’aération… en sélectionnant des produits sains et écologiques
  • Dans tous les cas : aérer au moins 2 fois par jour pendant 5 à 10 minutes !

On ne saurait toutefois se passer de plantes vertes

Bienfaits des plantes vertes : concentration et apaisement

Bienfait n°1 : Idéales au bureau, elles sont apaisantes, facilitent la concentration, et amenuisent le stress.

Bienfait n°2 : Des études prouvent que les plantes aident à diminuer les effets nuisibles des champs électromagnétiques comme la fatigue et les maux de tête. Elles sont donc parfaites pour décorer votre bureau, à proximité de vos outils informatiques, et pour stimuler votre créativité.

Bienfait n°3 : Leur couleur verte apaisante est également un facteur d’impact bien-être.

Bienfait n°4 : En Feng-Shui, les plantes vertes d’intérieur apportent de la vitalité à un lieu, elles rehaussent la qualité énergétique d’une pièce et harmonisent la circulation de l’énergie vitale, le Chi en Feng Shui.

Planes vertes dans les chambres

Si les plantes vertes ne sont pas dépolluantes, elles sont en l’occurence sans danger dans les chambres. Les quantités d’oxygène consommées sont trop faible pour avoir un impact négatif. La proportion d’oxygène produite par les plantes est bien supérieur aux quantités de gaz carbonique rejeté. 

Les plantes vertes ne dépolluent pas nos intérieurs, mais présentent bien des avantages. On privilégie toutefois des plantes vertes d’intérieur locales et cultivées de façon écologique. Pour en savoir plus, rendez-vous sur l’article dédié aux plantes vertes d’intérieur écologiques pour tout savoir sur les plantes vertes locales et éco-responsables. Quoiqu’il en soit, ne nous passons pas des plantes vertes, même si elles ne sont pas dépolluantes.

Crédit photo : Spell

© 2021 My Green Cocoon. Tous droits réservés.